Brevet de logiciel : la justice française contredit l’OEB

La justice française maintient une position beaucoup plus stricte sur la non-brevetabilité des logiciels que l’Office européen des brevets, avant que le contentieux des brevets européens ne relève de la compétence exclusive de la juridiction unifiée des brevets. Dans un jugement du 18 juin 2015, le TGI de Paris a annulé les revendications d’un brevet d’Orange qui « concernent un programme d’ordinateur considéré en tant que tel pour défaut de brevetabilité »… Le litige a émergé avec la commercialisation de la Freebox Révolution en 2010 et son application Free Compagnon.  Orange estimait que l’offre de Free présentait une fonction de basculement de session multimédia susceptible de reproduire une invention brevetée.
http://www.legalis.net/spip.php?page=breves-article&id_article=4707

http://www.legalis.net/spip.php?page=jurisprudence-decision&id_article=4706

Tribunal de grande instance de Paris, 3ème chambre 1ère section, jugement du 18 juin 2015

 

Be the first to comment on "Brevet de logiciel : la justice française contredit l’OEB"

Leave a comment

Your email address will not be published.